Warning: imagecreatefromstring(): Data is not in a recognized format in /homepages/35/d732838370/htdocs/baronpat/wp-content/plugins/fbomatic-facebook-post-generator/fbomatic-facebook-post-generator.php on line 4240

Warning: imagecreatefromstring(): Data is not in a recognized format in /homepages/35/d732838370/htdocs/baronpat/wp-content/plugins/fbomatic-facebook-post-generator/fbomatic-facebook-post-generator.php on line 4252

Droits sociaux démembrés et droit de vote

Le principe de la répartition des droits entre usufruitier et nu-propriétaire est fixé à l’article 1844 alinéa 3 du Code Civil qui déclare que si une part est grevée d’un usufruit, le droit de vote appartient au nu-propriétaire, sauf pour les décisions concernant l’affectation des bénéfices.

Cependant, cet article n’est pas d’ordre public. Il est donc possible d’y déroger conventionnellement pour étendre ou restreindre les droits de vote de l’un ou l’autre des titulaires de droits démembrés.

Aucune disposition du droit des sociétés n’interdit d’accorder l’ensemble des droits de vote à l’usufruitier dès lors que le nu-propriétaire n’est pas privé de son droit de participer aux décisions collectives. En d’autres termes, même s’il ne doit pas prendre part au vote, le nu-propriétaire doit être convoqué aux assemblées générales et il doit lui être fourni les mêmes documents d’information qu’au titulaire du droit de vote.

L’usufruitier ne peut pas être privé du droit de voter l’affectation des bénéfices.

Le nu-propriétaire ne peut être privé de son droit de voter les décisions affectant directement la substance même de ses droits sociaux.

Il faut donc distinguer les décisions sans incidence sur les droits du nu-propriétaire (changement de siège social ou d’objet social…) des résolutions entraînant la disparition des droits sociaux (fusion, dissolution, réduction de capital…).

Mais dans un arrêt du 02 décembre 2008, la Cour de Cassation reconnaît la légalité des statuts privant le nu-propriétaire de son droit de voter les décisions affectant la substance même de son droit de propriété (vote par l’usufruitier autorisant une fusion-absorption), dès lors que les statuts l’autorisent à participer aux décisions collectives.

Dans son arrêt du 21 janvier 2014, la Cour de Cassation rappelle que « le nu-propriétaire, qui a la qualité d’associé, ne peut être privé du droit d’assister aux assemblées et ceci alors que le droit de vote est légitimement exercé par un autre ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection des données personnelles

Nous avons mis en place des moyens techniques et des procédures sur notre site internet afin de garantir sa conformité avec le règlement Européen sur la protection des données personnelles. Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité des données pour en savoir plus.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.