Warning: imagecreatefromstring(): Data is not in a recognized format in /homepages/35/d732838370/htdocs/baronpat/wp-content/plugins/fbomatic-facebook-post-generator/fbomatic-facebook-post-generator.php on line 4097

Warning: imagecreatefromstring(): Data is not in a recognized format in /homepages/35/d732838370/htdocs/baronpat/wp-content/plugins/fbomatic-facebook-post-generator/fbomatic-facebook-post-generator.php on line 4109

Renonciation et souscription depuis le 01/01/2015

La loi du 30 décembre 2014 modifie l’article L132-5-2 du Code des Assurances : la prorogation du délai de renonciation est réservée au seul souscripteur de « bonne foi ».

Le nouvel article L132-5-2 du Code des Assurances stipule : « Le défaut de remise des documents et informations prévus au présent article entraîne, pour les souscripteurs de bonne foi, la prorogation du délai de renonciation prévu à l’article L. 132-5-1 jusqu’au trentième jour calendaire révolu suivant la date de remise effective de ces documents, dans la limite de huit ans à compter de la date où le souscripteur est informé que le contrat est conclu. »

Avant cette modification, le défaut de remise de documents conformes entraînait de plein droit la prorogation du délai de renonciation. Depuis la modification de l’article, même si la compagnie n’a pas respecté ses obligations d’information, le souscripteur va devoir prouver qu’il est de bonne foi.

La menace d’une sanction automatique en cas de non respect des obligations d’information est donc révolue. Et il suffira que le contrat soit en moins-value pour que l’assureur se défende sur le terrain de la mauvaise foi.

Remarques

– Les dispositions de l’article L132-5-2 du Code des Assurances ne s’appliquent pas aux actes juridiques valablement réalisés antérieurement au jour de leur entrée en vigueur. Donc cet article ne s’applique pas à l’exercice d’une faculté de renonciation adressée antérieurement au 01 janvier 2015 (voir la décision de la Cour d’appel de Paris du 05/05/2015).

– Pour les souscriptions antérieures au 01 janvier 2015 : la bonne foi du souscripteur n’est pas requise (Cour de Cassation, arrêt du 07 mars 2006).

Pour les souscriptions à compter du 01 janvier 2015 : le souscripteur doit être de bonne foi.

Mais les renonciations « de mauvaise foi » effectuées après le 01 janvier 2015 pour des souscriptions réalisées avant le 01 janvier 2015 demeuraient toujours possibles.

Revirement de jurisprudence : dans ses 4 arrêts du 19 mai 2016, la Cour de Cassation rejette l’argumentation de la Cour d’appel de Paris (arrêt du 16 septembre 2014) : la Cour d’appel déclare l’action des souscripteurs recevable dont la bonne foi n’est pas requise, qu’ils soient avertis ou profanes et ne peut donc dégénérer en abus. La Cour de Cassation précise dans son arrêt que « …la faculté prorogée de renonciation…peut dégénérer en abus ». Le juge devra désormais s’interroger sur l’existence d’un abus de droit de la part du souscripteur (connaissance en matière financière) dans l’exercice de la renonciation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection des données personnelles

Nous avons mis en place des moyens techniques et des procédures sur notre site internet afin de garantir sa conformité avec le règlement Européen sur la protection des données personnelles. Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité des données pour en savoir plus.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.