Fiscalité des plus-values immobilières des particuliers

1- Loi de finances pour 2013 : nouvelle taxe

Instauration d’une taxation complémentaire du PFL de 19 %, sur la plus-value nette imposable supérieure à 50.000 € (donc après abattement). Un mécanisme de lissage à l’entrée de chaque tranche est prévu.

Montant de la plus-value                         Taux applicables

De 50.001 € à 60.000 €                              2 % PV – (60.000 –PV) x 1/20

De 60.001 à 100.000                                   2 % PV

De 100.001 à 110.000                                3 % PV – (110.000 – PV) x 1/10

De 110.001 à 150.000                                3 % PV

De 150.001 à 160.000                                4 % PV – (160.000 – PV) x 15/100

De 160.001 à 200.000                                4 % PV

De 200.001 à 210.000                                5 % PV – (210.000 – PV) x 20/100

De 210.001 à 250.000                                5 % PV

De 250.001 à 260.000                                6 % PV – (260.000 – PV) x 25/100

> 260.000 €                                                       6 % PV

2- Loi de finances pour 2014 : à partir du 01 septembre 2013 (instruction ministérielle du 02 août 2013)

--> Taxation de : taux forfaitaire de 19 % + PS + taxe spécifique (après les éventuels abattements pour durée de détention) si plus-value > 50.000 € + CEHR.

--> Il faut attendre 22 ans pour être exonéré d’IR contre 30 ans. Par contre, le délai de 30 ans n’est pas modifié concernant les PS.

--> La prise en compte forfaitaire des frais d’acquisition reste possible (7,5% du prix d’acquisition).

--> La majoration du prix d’acquisition de 15% pour prise en compte forfaitaire des travaux reste également admise si le bien est détenu depuis plus de 5 ans.

--> Cas d’exonérations

  • Résidence principale. Voir le BOI-RFPI-PVI-10-40-10 pour vérifier des cas particuliers d’exonération, comme le logement de fonction n°60, l’utilisation professionnelle n°80, SCI n°140. Y compris si la RP est logée dans une SCI : la cession des titres de la SCI ou la cession de l’immeuble est exonérée d’impôt de plus-value.
  • Vente dont le prix < 15.000 € (ne s’applique pas aux SCPI).
  • Au titre de la plus-value réalisée lors de la première cession d’un logement lorsque le cédant n’est pas propriétaire de sa résidence principale au cours des 4 années précédent la cession, et remploie le produit dans l’acquisition de sa résidence principale dans un délai de 24 mois à compter de la cession.

--> Les terrains à bâtir
La taxation complémentaire de 2 % à 6 % si plus-value > 50.000 € ne s’applique pas aux cessions de terrains.

Un abattement exceptionnel de 30 %, applicable à l’assiette soumise à l’IR (à 19 %) et à l’assiette soumise aux PS, peut s’ajouter aux abattements pour durée de détention si (conditions cumulatives) :
– Signature d’un avant-contrat ayant acquis date certaine entre le 01 septembre 2014 et le 31 décembre 2015,
– Signature de l’acte authentique au plus tard le 31 décembre de la 2ème année suivant celle de la signature de l’avant-contrat.
Attention : les ventes familiales sont exclues du bénéfice de cet abattement.

Les sanctions fiscales à la rétention de terrains à bâtir
Passée inaperçue, le législateur a prévu une majoration de la Taxe Foncière sur les terrains à bâtir. Dans les zones urbaines tendues, où le foncier est rare, l’impôt foncier est majoré de 25 %, auxquels s’ajoutent une surtaxe de 5 € / m² pour 2015 et 10 € /m² en 2016 et 2017. Pour un terrain de 1.000 m², il faut compter plus de 5.000 € de Taxe Foncière supplémentaire pour 2015 et 10.000 € en 2016 et 2017.

--> Cas particulier
Cession à titre onéreux d’un droit d’usufruit temporaire : imposé dorénavant (loi de finances pour 2013) dans la catégorie des revenus auquel l’actif se rattache (RF, RCM, BNC).

--> Abattement pour l’IR : Il est désormais de 6 % par an à partir de la 6e année de détention et de 4 % la 22e année. Cela permet une exonération totale après 22 ans de détention, contre 30 ans auparavant. Soit 16 année à 6 % (96 %) + 1 année à 4 % = 100 %.

--> Abattement pour les PS : l’abattement change aussi pour les prélèvements sociaux. Il est de 1,65 % par an à partir de la 6e année de détention, de 1,60 % pour la 22e année et de 9 % pour chaque année au-delà. Au final, il faut attendre 30 ans pour ne plus payer de prélèvements sociaux sur la plus-value réalisée. Soit 16 année à 1,65 % (26,4 %) + 1 année à 1,60 % + 8 années à 9 % (72 %) = 100 %.

--> Calcul de la plus-value immobilière

1- Liquidation de l’IR afférent à la plus-value

Détermination de la plus-value brute
Plus-value brute = prix de cession – prix d’acquisition (majoré des frais d’acquisition à titre gratuit ou onéreux et des dépenses de construction, reconstruction, agrandissement)

Détermination de la plus-value nette imposable à l’IR
Plus-value nette imposable = plus-value brute – abattement pour durée de détention

Calcul des droits au titre de l’IR
Plus-value nette imposable globale x 19 %
Taxe supplémentaire si la plus-value nette imposable globale > 50.000 €

2- Liquidation des PS afférents à la plus-value

Détermination de la plus-value nette imposable aux PS
Plus-value nette imposable = plus-value brute – abattement pour durée de détention

Calcul des droits aux titres des PS
Plus-value nette imposable globale x taux des PS

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection des données personnelles

Nous avons mis en place des moyens techniques et des procédures sur notre site internet afin de garantir sa conformité avec le règlement Européen sur la protection des données personnelles. Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité des données pour en savoir plus.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.