L’impact du cycle économique sur les marchés financiers

En théorie, une augmentation des taux d’intérêt se traduira par une baisse dans les cours des actions et une baisse dans les prix des instruments à revenu fixe (obligation…).

Les cours des actions baisseront car ces derniers reflètent les perspectives des entreprises en termes de croissance et de rentabilité; et si les taux d’intérêt augmentent, la baisse des dépenses de consommation et de l’activité économique, nuira à ces perspectives.

Les prix des instruments à revenu fixe baisseront en raison de la relation inverse qui existe avec les taux d’intérêt. Plus concrètement, si les taux augmentent, le niveau des intérêts offerts par des instruments à revenu fixe émis avant deviendra relativement moins attractif, c’est pourquoi leurs prix finiront par baisser.

Inversement, une baisse des taux d’intérêt verra : une augmentation dans les cours des actions et une augmentation dans les prix des instruments à revenu fixe.

Ainsi, les relations entre les phases du cycle économique, les actions des autorités monétaires et les marchés financiers pourraient sembler assez simples.

Malheureusement, il n’en est rien.

L’impact qu’ont l’inflation et les taux d’intérêt sur les marchés financiers est, comme dans toute relation de caractère absolu, une question de perception et d’attente.

La croissance porte toujours en elle la menace d’inflation et la menace d’inflation porte toujours en elle le risque de se traduire par une augmentation des taux d’intérêt ; mais la perception que l’on a de l’ampleur des mesures avec lesquelles le gouvernement et les autorités monétaires font face à la menace est un facteur clé dans la façon dont les marchés vont réagir aux nouvelles informations économiques.

Pour prendre un exemple simple, les marchés boursiers verront souvent leurs cours augmenter à l’annonce d’une augmentation des taux d’intérêt s’ils perçoivent cette politique comme étant le signe que les autorités monétaires vont faire rapidement face aux pressions inflationnistes. Inversement, les cours boursiers pourront connaître un mouvement à la baisse si le comportement des autorités monétaires est perçu comme imprudent. Il s’agit de quelque chose de subtil, le mot clé étant la perception.

En ce qui concerne les attentes, les choses sont un peu plus claires. Les informations attendues n’ont aucun effet sur les marchés car elles sont déjà prises en compte (notion de marché efficient). Les informations inattendues, par contre, font bouger le marché, en particulier s’il est probable qu’elles aient un effet sur la politique des autorités monétaires d’un pays.

Par exemple, si l’inflation est plus importante que prévu, les cours des actions et des instruments à revenu fixe ont de fortes chances de baisser. Mais si l’inflation est plus faible que prévu, les cours des actions comme des instruments à revenu fixe ont de fortes chances d’augmenter.

Conclusion

Quand on veut comprendre la relation entre l’économie réelle et les marchés financiers, on doit se poser la question suivante : Qu’est-ce que le marché attend et pourquoi ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection des données personnelles

Nous avons mis en place des moyens techniques et des procédures sur notre site internet afin de garantir sa conformité avec le règlement Européen sur la protection des données personnelles. Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité des données pour en savoir plus.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.